fbpx
LA BOUTIQUE FERME PENDANT LES FÊTES DE FIN D’ANNÉE. VOS COMMANDES SERONT EXPÉDIÉES À PARTIR DU 5 JANVIER.
LA BOUTIQUE FERME PENDANT LES FÊTES DE FIN D’ANNÉE. VOS COMMANDES SERONT EXPÉDIÉES À PARTIR DU 5 JANVIER.

Amateurs de cocktails, avec la multitude de recettes originales créées en ces derniers siècles, vous avez sûrement de quoi vous amuser chez vous. Cependant, avez-vous toujours souhaité de pouvoir un jour créer votre propre recette, ou vous préférez laisser cette tache paraissant trop compliqué, à qui le fait comme métier?!

Après vous avoir aiguillé sur les spiritueux à avoir chez vous, ainsi que le matériel pour constituer votre bar de maison, voici quelques conseils pour faire vos premiers pas dans la création de vos cocktails!

Vous savez que nous sommes enseignants au lycée hôtelier de Talence, alors nous vous conseillons de commencer par les bases, avec les “10 règles de la confection des cocktails” retrouvés dans le CCC (Carnet des Cocktails Contemporains). Les voici:

1) MAÎTRISER LES COCKTAILS CLASSIQUES:

Avant de se lancer dans des créations, il est important de maîtriser les recettes des cocktails classiques et contemporains.

En effet, vous remarquerez que en prenant comme base une recette classique, le travail sera beaucoup plus simple: il vous suffira de substituer un ingrédient (ou plusieurs!) pour créer votre recette personnalisée.

Ici par exemple, nous avions revisité le Cosmopolitan, en remplaçant le Cointreau présent dans la recette originale, par la liqueur de Violette!
2) SE LIMITER À UNE SEULE EAU-DE-VIE DE BASE (VODKA, GIN, TEQUILA, WHISKY, COGNAC...):

Il s’agit d’une règle qui plaît beaucoup est et est très utilisée en France, car « pays “viticole”, a l’habitude d’analyser les boissons pour y retrouver des parfums de, des nuances de, des pointes de, des arrières goûts de... »

Il est vrai que là aussi, en choisissant une seule eau-de-vie de base, ce sera plus simple et intuitif de construire vos premiers cocktails.

À savoir, nous considérons “eaux-de-vie” les boissons ayant un degré d’alcool supérieur à 40% ABV.

3) NE PAS DÉPASSER PLUS DE 6 INGRÉDIENTS:

Il faut en effet penser qu’un grand nombre de cocktails classiques ne se composent que de trois ingrédients (comme notre tant aimé Old Fashioned - eau-de-vie, sucre et bitters) et des fois, même de seulement 2 ingrédients, comme les Highballs!

Pour cette raison le CCC conseille clairement de ne pas de passer les 6 ingrédients afin de ne pas dénaturer les saveurs principales: rappelez-vous, un cocktail n’est pas une simple addition de plusieurs produits mais plutôt l’art de les additionner!

4) NE PAS DÉPASSER 7 cl (OU 70 ml) D’ALCOOL:

Vous noterez peut-être une quantité parfois majeure dans les recettes internationales, mais en France, la consommation responsable est de plus en plus observée, c’est pourquoi le CCC conseille de ne pas dépasser les 7cl d’alcool! 

En effet, vous savez également que nous aimons créer des recettes “low-ABV” ou sans alcool: vous en trouverez plusieurs dans nos articles "un sans alcool s'il vous plait!"

5) CONNAÎTRE LA RÈGLE DE L’ÉQUILIBRE ENTRE LES « 3 S »:

La recherche de l’équilibre est primordiale pour votre cocktail! 

Pour une création, on peut s’appuyer autour de ces trois axes.

Sweet: c’est le sucré, la douceur.

Il peut être apporté par une liqueur, une crème, un fruit, un sirop ou tout simplement du sucre.

Sour: c’est l’acidité, le lien du cocktail.

Souvent apporté par un agrume ou d’autres fruits (ex : Cranberry).

Strong: c’est la force du cocktail.

L’eau-de-vie est le principal ingrédient apportant la puissance.

6) PROPOSER UNE DÉCORATION COMESTIBLE:

La décoration (ou garniture) doit apporter un plus visuel, rester simple, évoquer si possible les produits utilisés dans le cocktail ou encore s’accorder au goût de votre recette, en tenant compte de préférence de la saisonnalité.

7) RESPECTER L’ORDRE DE CONFECTION:
8) RÉDIGER LES RECETTES EN cl OU EN ml:

Pas trop d’explication ici: choisissez l’unité de mesure que vous préférez, l’important est de noter la quantité de tous les ingrédients utilisant la même!

9) ADAPTER LE DOSAGE À LA VERRERIE:

Là aussi, c’est assez logique: un cocktail “short” servi dans un highball donnera l’impression de ne rien avoir dans le verre! Pour découvrir tous les secrets du bon choix de la verrerie… c’est dans notre article, "à chaque cocktail son verre!"

10) UTILISER DE LA GLACE SÈCHE:

La qualité de la glace est primordiale à la réussite d’un cocktail, elle fait partie intégrante de la panoplie du barman. En effet, des glaçons qui fondent rapidement risqueront de rendre votre cocktail trop aqueux: pour cela, le mieux est d’utiliser de glaçons secs, comme ceux proposés par notre cher Ice Cube!

Vous connaissez désormais les règles de base pour confectionner vos cocktails, alors lancez-vous et partagez avec nous vos créations! @symposium.tips

L’Americano fait partie de la liste IBA depuis le 1987 mais en vrai, ce cocktail voit sa création au début du XXe siècle et a connu une énorme diffusion à partir des années '30 en Italie.

Son origine est peu certaine (comme très souvent pour les cocktails si anciens) et beaucoup de versions sont très romancées: la plus connue est celle en honneur de Primo Carnera, boxeur italien gagnant en Amérique contre John Shirley, en 1933 au Madison Square Garden à New York.

Mais le nom “Americano” est en réalité déjà présent dans une monographie sur le Vermouth de Torino, écrite par Arnaldo Strucchi (œnologue de la Maison Gancia) en 1906: dans le chapitre dédié au vermouths spéciales, avec des arômes particulier, il présente le Vermouth au Bitter “appelé également Americano car aux États-Unis on a l’habitude de boire le vermouth mélangé avec des liqueurs amers et gin ou whisky, faisant une boisson nommée cocktail.”

Strucchi faisait ici référence au Vermouth Cocktail, qui était très consommé en Amérique en cette période là: il est donc très probable que l'Americano que nous connaissons aujourd’hui vienne simplement de ce fameux cocktail, et qu’il ait changé de nom une fois arrivé e Italie au début du 1900!

Quelque soit la vraie histoire, ce cocktail garde une place très particulière dans le coeur des italien (mais pas que!), qui aiment le consommer en apéritif. Voici nos recettes:

La recette IBA:
  • 30ml de Bitter Campari
  • 30ml de Vermouth Rouge
  • Soda
  1. Réaliser le cocktail directement au verre, dans un verre old fashioned, rempli de glaçons.
  2. Verser le Bitter et le Vermouth, puis remuer gentiment.
  3. Compléter de soda.
  4. Décorer avec une tranche d’orange et un zeste de citron.
Americano, façon Symposium!
  • 3cl Cocchi Vermouth di Torino
  • 3cl Luxardo Bitter
  • 6cl Eau petillante 
  1. Réaliser le cocktail directement au verre, dans un verre old fashioned, rempli de glaçons.
  2. Verser le Bitter et le Vermouth.
  3. Compléter de soda.
  4. Décorer avec une tranche d’orange et un zeste de citron.

Bonne dégustation!

Cocktail signature des années ‘90, devenu célèbre dans le monde entier grâce à l’iconique Carry Bradshow en «Sex and the City», le Cosmopolitan est un de ces cocktails classiques dont les origines ne sont pas complètement claires…

On retrouve la toute première référence à un Cosmopolitan Cocktail en 1934 dans le livre «Pioneers of Mixing at Elite Bars», mais pas avec la recette que l’on connait aujourd’hui qui, elle, est fruit de modifications et ajouts pensés par différents bartenders au cours des années.

La recette du Cosmopolitan en 1934:

« Jigger Gordon’s Gin

2 Dashes Cointreau

Juice of One Lemon

Teaspoon Raspberry Syrup

Glass NO.4 Shake and strain. »

  1. Shaker tous les ingrédients et filtrer dans une coupette à cocktail.

Le Cosmopolitan Moderne

Cheryl Charming, bartender et autrice du fameux livre «The Cocktail Companion» a réalisé beaucoup de recherches et a pu reconstruire l’histoire du Cosmopolitan: en 2018 elle écrit que « deux bartenders, à deux moments différents (avec environ quarante ans de décalage), en deux différentes villes (à presque 3000 km de distance) ont créé un cocktail avec presque les mêmes ingrédients et l’ont appelé avec le même nom -Cosmopolitan-. Ce deux bartender sont Neal Murray et Cheryl Cook.

Puis deux bartenders de New York City proclament d’être chacun le premier à avoir "upgradé" la recette du Cosmopolitan utilisant des ingrédients de qualité; seul l’un des deux a été crédité. Leurs noms sont Melissa Huffsmith et Toby Cecchini. 

Ensuite il y a Dale "King Cocktail" DeGroff qui a indépendamment upgradé le Cosmopolitan. » 

Cheryl Cook, bartender à Miami, créa en effet ce cocktail en 1989, sur la base de la nouvelle Vodka Absolut Citron, qui venait tout juste de sortir comme un des premiers spiritueux aromatisés. Elle y ajouta du Triple Sec, un trait de citron vert Rose’s et, d’après ses propres mots, « assez de jus de cranberry pour faire un "oh so pretty in pink" » (une phrase qui était très populaire à l’époque, d’après le film "Pretty in Pink"!)

Elle nomma apparemment ce cocktail "Cosmopolitan" pour une copie de l’homonyme magasine présentant une rose en couverture.

Neal Murray, quant à lui, il aurait créé ce même cocktail en 1975, lorsqu’il travaillait en tant que barman durant ses études à l’université du Minnesota. Il remarqua à l’époque un changement dans les tendances des cocktails, et eu l’idée de combiner le Cape Codder (Vodka et jus de cranberry) et le Kamikaze (Vodka, Cointreau et citron vert) pour créer une boisson shakée servie dans un verre à cocktail.

On raconte que le nom du cocktail lui fut donné d’après le commentaire d’un client qui en aurait demandé l’appellation: Murray avait initialement été refusé pour le poste de barman car de peau noire, il aurait alors blagué en disant qu’il pensait simplement qu’il y avait besoin d’un peu de couleur. Le client lui aurait alors répondu « How Cosmopolitan! »

Murray déménagea ensuite à San Francisco afin de continuer ses études: c’est lui qui fesa connaitre le Cosmopolitan sur toute la côte pacifique! 

En effet, comme à toutes époques, les bartenders aimaient bouger et changer d’environnement, transmettant ainsi des recettes venant des côtes opposées des États-Unis!

Melissa Huffsmith, par exemple, travaillait à New York et avait pu connaitre le Cosmopolitan par Patrick Mitten qui était avec elle au "Lite Café" mais avait auparavant travaillé à San Francisco!

« I just tried a new cocktail, and it’s pink! It’s called a Cosmopolitan. It’s a Kamikaze with cranberry but served as a Martini. »

Le bar manager de Mitten en parlant du Cosmopolitan; la première fois que Mitten entendit parler de ce cocktail.

Ce fut ensuite la même Melissa Huffsmith qui transmit la recette a Toby Cecchini: elle avait essayé de twister le cocktail de la même façon, mais ce fut lui a divulguer la recette du moderne Cosmopolitan en utilisant la toute nouvelle Absolut Citron!

Enfin Dale DeGroff se déclare être simplement celui qui a rendu populaire une recette qui était déjà acceptée et standardisée (on lui doit quand même le détail du zeste d’orange twisté et brulé pour la déco!)

La recette moderne (IBA) du Cosmopolitan:

  1. Shaker tous les ingrédients et filtrer dans une coupe à cocktail.
  2. Décorer avec un zeste de citron twisté.

Chez Symposium nous sommes toujours fans des grands classiques, mais aimons les utiliser comme base pour nos cocktail twists, afin de mettre en avant différents saveurs!

La recette du « Violet Sympolitan »:

  1. Shaker tous les ingrédients et filtrer dans une coupe à cocktail Rétro Fizz Bach.

Bonne dégustation!

Un cocktail sans alcool? Non, cela ne signifie pas un mélange de jus et fruits! Nous profitons de ce “Dry January” pour vous proposer des recettes de cocktails sans alcool, afin que vous puissiez prendre inspiration pour vos créations à la maison, ou bien évidemment, dans vos bars et restaurants!

Car oui, il est très important de proposer une alternative sans alcool dans son établissement ou chez soi lorsqu’on reçoit des invités. Et si jusqu’il y a quelques années, il était normal de se voir proposer un simple soda comme option sans alcool, nous nous rendons compte aujourd’hui d’avoir le droit à des cocktails également réfléchis, élaborés et préparés avec le même soins que les classiques alcoolisés!

Que ce soit pour des raisons de santé, pour la soirée du “je conduis”, pour une femme enceinte, pour faire attention à sa santé, ou simplement pour le manque d’envie d’alcool! …nous avons plusieurs raisons de souhaiter consommer un low ou no-ABV (respectivement cocktails à faible teneur d’alcool et sans alcool). Et proposer dans sa carte cocktails des créations de ce type, signifie respecter le choix de chaque client et le faire sentir de la même importance et considération que les clients consommateurs de nos cocktails “classiques”. En plus, nous vous assurons qu’il y a aujourd’hui tellement de possibilités pour vous amuser dans la création des sans alcool donc, vous n’avez plus d’excuses!

Pour ce mois de janvier en honneur des no-ABV, voici notre deuxième recette, le “Very Low Highball”:

  1. Verser le Lyre's American Malt et le jus de citron directement dans un verre highball rempli de glaçons (vous pouvez utiliser un ice cube pour un effet wow!)
  2. Compléter avec le Ginger ale
  3. Remuer légèrement
  4. Saupoudrer avec le poivre jamaïcain 

Bonne dégustation!

P.S. Nous vous avons déjà parlé des produits Lyre’s dans un article précédent: nous apprécions particulièrement cette marque de “spiritueux sans alcool” qui nous permettent de recréer une énorme partie des cocktails classiques plus fameux et appréciés, en version No et Lo-ABV, mais également de vous amuser avec des créations, comme nous avons fait aujourd’hui!

Voici un exemple de recette classique en version sans alcool avec les produits Lyre’s.

Amaretto Sour
  • 7,5 cl de Lyre’s Amaretti
  • 2 cl de jus de citron
  • 1 cl de sirop d’orgeat
  • 1 cl de jus d’amarena
  1. Verser le Lyre’s Amaretti, le jus de citron et le sirop d’orgeat dans un shaker
  2. Shaker puis filtrer dans un verre Old Fashioned rempli de glaçons
  3. Ajouter le jus d’amarena
  4. Décorer d’une tranche d’orange flambée et d’un zeste d’orange

Bonne dégustation!

Vous pourrez très bientôt retrouver la gamme Lyre’s à la Boutique Symposium!

Commençons l’année avec un bon cocktail qui va réveiller vos papilles et vos esprits, en vue d’une année que nous espérons, vous apportera que de belles surprises!

Et pour un début spéciale, nous vous proposons de célébrer le “Dry January” avec uniquement des cocktails sans alcool, pendant tout le mois de janvier. Nous avons souvent un préjugé négatif concernant les cocktails sans alcool: juste un mélange de jus et fruits, et nous préférons alors consommer simplement un soda.

Pourtant aujourd’hui nous avons la possibilité de créer des superbes cocktails avec des produits qui sont autant élaborés et qualitatifs: plusieurs marques proposent déjà des spiritueux sans alcool, et beaucoup d’autres sont en train d’élaborer leurs recettes: il s’agit cependant d’un processus assez long et compliqué, car il est très difficile de garder les saveurs et textures d’un spiritueux en enlevant l’alcool!

Nous avons sélectionné une marque qui est déjà en train de faire le tour du monde et que nous proposerons très bientôt à la boutique: Lyre’s

LYRE’S impossibly crafted non-alcoholic spirits
Après de nombreuses années de d’élaboration, la gamme exquise de spiritueux sans alcool fabriqués avec amour de Lyre’s est née d'une quête pour rendre l'impossible possible - en donnant la liberté de boire sa boisson, à sa façon. Ne vous contentez pas de fournir une alternative à ceux qui ne souhaitent pas boire d'alcool, mais assurez-vous que tout le monde puisse profiter de la gaieté d'une soirée.

Avec Lyre's, c'est à vous de décider - remplacez une partie de l'alcool dans votre boisson pour faire un cocktail à faible teneur en alcool ou faites vos classiques favoris comme une option sans alcool simplement en sélectionnant parmi les nombreuses variantes de Lyre’s dans leur vaste gamme.

Les spiritueux Lyre’s sont fabriqués pour qu'ils aient le même goût que les classiques auxquels ils rendent hommage. Composés des meilleurs essences, extraits et distillats naturels venant des quatre coins du globe.

Il s'agit tout simplement de la plus large et délicieuse gamme de spiritueux classiques sans alcool que le monde ait jamais vue.

Pour notre première recette sans alcool du mois, nous vous proposons l’alternative “alcool free” du classique Espresso Martini:

  1. Shaker tous les ingrédients et filtrer dans une coupe à cocktail rétro Bach.

Bonne dégustation!

P.S. Pour ce mois de janvier, Lyre’s vous propose de participer à leur challenge Booze Free Month pour recevoir plein de recettes, articles et réductions sur leurs produits, pour créer vos recettes sans alcool.

Et pour être toujours informés sur le monde du low & no-ABV, pour des idées et inspirations… nous vous conseillons de suivre @lamaisonwellness fondée par Camille Vidal, française installée à Londres experte et créatrice de “Mindful Cocktails™️”.

Sous la période de Noël, lors des marchés saisonniers et dans les rues de toutes villes, nous aimons déguster le “vin brûlé”, mieux connu ici en France simplement comme vin chaud.

Cette boisson alcoolisée chaude est une des plus consommées en Europe pendant les fêtes de fin d’année et cette tradition nous a été transmise pendant des siècles, avec (comme toujours) des petites variantes dans les temps…

Tout commence dans la Rome Antique avec le contidumparadoxum, un vin sucré par l’ajout de miel, aromatisé avec des épices et fruits et chauffé à plusieurs reprises, qui était servi aux invités à la fin du repas.

On passe aussi par le moyen âge avec le vin hippocratique, vrai ancêtre des vins aromatisés. En effet à l’époque il était normal d’ajouter des épices au vin, principalement pour leurs propriétés curatives, mais aussi parfois pour simplement améliorer le goût du vin même (qui dans l’Antiquité n’était pas forcément de très bonne qualité!)

Dans ce même but, les suédois inventèrent le glögg, un vin chaud épicé qui était traditionnellement servi pendant les repas. Ayant évoluée avec le temps, la recette du glögg qu’on consomme aujourd’hui prévoit normalement l’ajout de cognac ou de rum brun. 

Ce furent notamment les suédois à proposer en premiers leur glögg lors les marchés de Noël, servi dans des bouteilles décorées à la main. Cette tendance se diffuse rapidement dans les autres Pays et c’est pour cette raison qu’aujourd’hui nous relions cette boissons à la période des fêtes!

Alors que vous passiez vos vacances de Noël en famille, entre amis ou bien chez vous, pour vous réchauffer nous vous proposons une recette rappelant la tradition suédoise mais avec notre petit twist à l’italienne!

Nous remplaçons les épices avec notre rum épicé de Cuba et apportons de la douceur avec notre liqueur Maraschino… un vrai délice!

  1. Faire chauffer tout les ingrédients en remuant et sans porter à ébullition.
  2. Enlever du feu et presser des zestes de pamplemousse, puis ajouter les zestes et mélanger afin de laisser infuser.
  3. Filtrer et servir dans un mug.

Bonne dégustation!

Ce cocktail étant connu dans le monde entier comme un des piliers de la tradition gastronomique italienne, vous serez peut-être surpris en découvrant qu’en réalité ce sont les autrichiens qui ont inventé le Spritz!

Très probablement au début du XX siècle, pendant les années d’occupation autrichienne des régions de Vénétie, cette boisson a été créée par les soldats tyroliens par “nécessité”: ils étaient en effet habitués à des vins blancs beaucoup plus frais et légèrement pétillants, ainsi qu’à une basse graduation d’alcool avec leurs bières! Alors pour alléger les vins blancs vénitiens, qui eux sont beaucoup plus forts, ils les allongèrent avec du seltz: oui, celui qui à l’époque était servi dans les bouteilles à seltz tant recherchées aujourd’hui! Souvent on y ajoutait également une tranche et du jus de citron pour avoir des notes plus acides, typiques elles aussi des vins d’Autriche.

“Spritz” signifie en autrichien “pulvériser, éclabousser”, et indiquait le geste d’allonger le vin avec un siphon ou un pistolet à seltz.

La recette originale du spritz était alors très simple: moitié vin blanc, moitié eau de soda. Rien à voir avec la recette que nous connaissons aujourd’hui!

L’Aperol Spritz

L’Aperol est né à Padova en 1919, par Barbieri: il parait que celui-ci était utilisé pour “twister” le Spritz classique de l’époque, et faire connaître en même temps ce nouveau bitter avec un cocktail d’apéritif léger, frais et désaltérant. Ce fut ensuite la progressive disparition des seltzers qui amènera la variation du cocktail ayant connu le plus grand succès: les sodas modernes étant moins gazéifiées en rapport au seltz, on a commencé à remplacer le vin blanc par du vin blanc pétillant de la région, notre Prosecco.

La célébrité de ce twist si rafraîchissant a fait que celui-ci entre en 2011 dans les 60 cocktails internationaux de l’IBA, sous le nom de Aperol Spritz ou Venetian Spritz (aujourd'hui simplement "Spritz").

Nous vous proposons ici notre recette, avec des saveurs plus intenses et épicées, parfaites pour vous accompagner lors de vos apéritifs pendant ces fêtes de fin d’année!

  1. Verser les ingrédients directement dans une grande coupe remplie de glaçons.
  2. Remuer et décorer avec un zeste de pamplemousse.

Bonne dégustation… et bonnes fêtes!

Comme pour beaucoup de cocktails classiques, les origines du Tom Collins ne sont pas tout à fait claires. Beaucoup en ont réclamé l’attribution, et on sait qu’un cocktail similaire était déjà consommé dans les années 60 du XIX siècle, nommé d’après John Collins, qui avait été maître d’hôtel au Limmer’s Old House de Londres.

Ce cocktail datant du XIX siècle, il est très probable qu’il ait été créé simplement pour rendre plus agréables la consommation des spiritueux, qui à cette époque là n’étaient pas de la meilleure qualité.


The Great Tom Collins Hoax

Nous aimons l’histoire qui tourne autour de ce nom “Tom Collins”: selon les journaux new-yorkais du 1874, un homme mystérieux allait dans les bars de la ville en disant du mal des personnes qu’il avait rencontré (ou pas!). Heureusement les amis des personnes concernées étaient près à les informer de suite, les invitants à aller chercher ce type -nommé précisément Tom Collins- et l’affronter.

Mais Tom Collins n’existent pas pour de vrai, alors on dit que lorsque quelqu’un demandait de lui dans un bar, il recevait à la place le fameux cocktail.


La recette 

Ce cocktail a été recensé pour la première fois par Jerry Thomas, dans l’édition de son « Bartender’s Guide » du 1876. Ici le Tom Collins est une typologie de cocktails, dont le spiritueux de base est spécifié après la mention “Tom Collins”: 

Les pages 53 et 54 de “The Bartender’s Guide”, Jerry Thomas, 1887.

Aujourd’hui ce cocktail présente beaucoup de variations, pouvant être réalisé avec tout alcool (et prenant un nom différent selon le spiritueux de base).

Ici, notre recette:

  1. Réaliser le cocktail directement dans un verre highball, rempli de glaçons.
  2. Verser le gin, le sirop, le jus de citron et le bitters, puis remuer gentiment.
  3. Compléter de soda.
  4. Décorer avec une fleur et une cerise Maraschino.

Bonne dégustation!

"Cock tail est une boisson stimulante… composée de spiritueux de toutes sortes, de sucre, d’eau et de bitters."

Nous retrouvons la toute première définition du mot “cocktail” documentée dans le journal New-yorkais The Balance and Columbian Repository en mai 1806, en réponse à la question d’un lecteur de définir ce mot.

Et les amateurs de spiritueux l’aurons déjà remarqué, celle-ci ressemble très précisément à un cocktail classique que l’on consomme aujourd’hui avec nos spiritueux favoris, le Old Fashioned.

On dit alors que son nom vient tout simplement de la façon de demander un cocktail “à l’ancienne”, pendant les années de vrai explosion des cocktails, à la fin du XIX siècle.

En effet on retrouve différentes histoires sur la création de ce cocktail, comme celle du bartender James E. Pepper qui aurait transmis sa recette au bar du fameux Waldorf-Astoria à New York en 1880. Cependant, il est certain que ce même cocktail était déjà consommé depuis longtemps, du moins sous un autre nom ou avec d’autres alcools.

Chez Symposium, nous aimons particulièrement ce cocktail qui permet d’exprimer les meilleures qualités du spiritueux de base, ainsi que d’expérimenter en variant le type de sucrant ou le goût des bitters.

old fashioned

Aujourd’hui nous vous proposons notre recette avec le tout nouveau Whisky Assemblage Collection 1.01, par la Maison Mounicq.

  1. Verser sucre, bitters et tonic directement dans un verre Old Fashioned et mélanger afin de faire dissoudre le sucre. 
  2. Ajouter 2,5 cl de whisky, remuer une première fois, puis ajouter un glaçon Ice Cube et remuer à nouveau.
  3. Ajouter les 2,5 cl restant de whisky et mélanger une dernière fois.
  4. Garnir avec une zeste de citron et une cerise Maraschino Luxardo.

Bonne dégustation!

Pour célébrer le début de la semaine du Sherry, nous sommes allés chercher un cocktail très particulier, qui sera vous surprendre. Aromatique et avec un final sec au juste point, le “Coronation Cocktail No. 1” est probablement un de ces classiques dont vous n’avez jamais entendu parler… mais nous vous l’assurons, vous ne regretterez pas d’avoir essayé!

Nous avons retrouvée cette recette dans le “Savoy Cocktail Book” de Harry Craddock, datant des années ’30.

  1. Mélanger tous les ingrédients dans un verre à mélange rempli de glaçons, puis verser dans une coupe à cocktail préalablement rafraîchie.
  2. Garnir avec un twist de zeste d’orange.

La douceur du Sherry et les notes fruités du Maraschino s’équilibrent grâce au Vermouth sec et à la puissance du Bitters Orange: ce cocktail est un vrai régal!

Toutefois, nous nous sommes permis de créer notre propre version, en remplaçant simplement le sherry par notre Barolo Chinato, et réduisant la quantité de liqueur Maraschino, pour apporter une légère amertume que nous aimons particulièrement.

Voici la recette du Coronation Cocktail… façon Symposium.

  1. Mélanger tous les ingrédients dans un verre à mélange rempli de glaçons, puis verser dans une coupe à cocktail préalablement rafraîchie.
  2. Presser un zeste d’orange afin d’en extraire l’essence.
coronation

Bonne dégustation!

10 % DE REMISE!*

ABONNE-TOI À LA NEWSLETTER

*hors livres

Je souhaite recevoir les conseils et offres du site Symposium.Tips, en accord avec sa Politique de Confidentialité.

logo_S1
Symposium n. /sɪmˈpəʊziəm/
1. littér. “Réunion de buveurs”; Banquet traditionnel de l’antiquité, grec et romain, consacré à la dégustation de vins accompagnée de la récitation de poèmes et divertissements variés.
2. (sens figuratif) Banquet offrant une occasion pour discuter d’arguments de commun intérêt.
11 rue du Cerf Volant, 33000 Bordeaux
bonjour@symposium.tips
Copyright © Symposium Consulting - Tous droits réservés.
Made with 
logo coeur
 by 
Logo Ads Pink
envelopegraduation-hatuserstore
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram